filtre Filtres
Le Plaisir en EPS, 2 ème Partie

Le Plaisir en EPS, 2 ème Partie

Le Plaisir en EPS, 2 ème Partie

 
Deuxième interview d'une série de 4 réalisées avec Philippe GAGNAIRE, professeur agrégé d'EPS et membre du "Groupe Plaisir" de l'AE-EPS.
Au préalable voir : Première Interview, puis vidéo suivante Troisième Interview
 

Pourquoi le plaisir est-il si important en EPS ?

Pourquoi est-il si important pour l’éducateur sportif d’initier les enfants au plaisir de pratiquer ?
Dans la première vidéo, Philippe a évoqué la manifestation biologique du plaisir. Des chercheurs ont montré qu’un certain nombre de substances (endorphines, sérotonine, dopamine, etc.) peuvent être produites ou stimulées par le plaisir ressenti  ce qui augmente la vitalité de l’individu, sa puissance d’agir et d’exister. Ainsi ces circuits du plaisir sont essentiels à notre équilibre psychologique et social.

En fait, les effets bénéfiques du plaisir sont au cœur d’un double processus.

D’abord, dans une perspective à court terme, en stimulant la puissance d’agir des personnes, il constitue un formidable levier pédagogique au sens où il renforce la participation des enfants dans leurs activités, ce qui favorise leurs apprentissages et donc leurs progrès… En effet, un enfant apprend et se développe d’autant mieux s’il est intéressé et s’il en retire du plaisir. Ainsi le plaisir est un véritable moyen pour motiver les enfants.
 
Ensuite, dans une perspective à plus long terme cette fois, le plaisir peut être considéré comme une finalité en soi, car il favorise la santé, l’épanouissement de la personne et sa puissance d’exister. Des recherches scientifiques (cf. notamment la thèse de Claire Perrin) relèvent un lien étroit entre plaisir, activité physique régulière et santé. Ainsi, il est prouvé que les adultes qui ont une activité physique régulière ne la font pas pour des raisons hygiénistes (sinon ils abandonnent assez rapidement) mais pour le plaisir qu’ils en tirent. D’où l’importance de valoriser très tôt chez les jeunes, ce plaisir de pratiquer, garant d’une poursuite future et régulière d’activités sportives. Mais il contribue également au développement de l’estime de soi et d’un bien-être général, en effet le plaisir d’agir avec l’envie d’apprendre sont étroitement liés à une image positive de soi et à la perception de sa réussite. Les uns nourrissant les autres selon un cycle vertueux…
 
En définitive, la régulation de l’éducation sportive devrait principalement s’appuyer sur l’évaluation du plaisir-déplaisir ressenti par les enfants dans leur activité. Et cette régulation doit consister à préserver ou à rétablir, chez l’enfant, cette relation de plaisir avec son environnement social et sportif.
 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA